l’autre accroché au rocher

Certains pleurant amarrés à un vieux pieux fiché dans le sol dans le fond marin et recouverts d’escargots autant de mots qui tentent d’en finir avec le corps avec la mer elle même. De notre désaccord  j’ai payé par mes refus de ne pas me laisser entrainer par le vague la vague du même au même il naîtrait la confusion la peur le pleur à une mer enflée mon mot à enflé a fini par emporter comme par des dents arraché une partie que je refuse de céder ce que je ne pouvais céder vers quel estomac vers quel cimetière vers quel pourrissement seule la carcasse est demeurée qui me sers de ligne de flottaison avec qui je parle aujourd’hui le fol l’espoir de rejoindre en courant la densité.

(c) uedasokyu
(c) uedasokyu
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s