Volver

oui c’est vrai j’ai vraiment pleuré devant cette émotion submergeante, ces corps de vie qui loin du mélo disent l’essentiel du sanglot, du rire de ces femmes qui poursuivent l’histoire s’enracinent dans un devenir endévoilant le flot d’émotion à la base de leur vie, tout ca dans un corps porté à bout de vie, ou alors l’absence, qui tue, comme un cancer, sans que le corps de la vie se perpétue, qui s’englue dans la disparition, à un niveau « symbolique » hors de l’anecdote, la mère revient et qui n’a jamais été morte, qui nous a manqué mais qui était inscrite dans nos corps pour que la vie se poursuive et s’invente même à oublier l’enfoui dans la poussière des jours, sans cesse opposer le corps tranchant pour se protéger du danger, de l’homme cet intru, de ce drôle de jeu qui veut tout fausser à se dresser, comme un couteau, à couper la vie et le temps, nécessiité vorace pour la femme pour le corps bandé, temps incessamment en perdition, désir toujours en éveil , danger ,
ce combat ressemble à nos vie et est un défi à notre blessure , comme si l’on hésitait entre ces deux poles , la disparition et la survie ,
l’émotion du passé ressurgi se réouvre dans les voix , les regards , les liens et les actes , bref tout est dit dans ce film au plus près de la reconnaissance de nos corps affirmés

Volver-pedro-almodovar-peliculas-31225316-1024-768

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s