Jorge Guillen

4cc088cf6e5bfeec583e2111b24fe743« La poésie nait sur la mémoire…
je suis fasciné de voir à quel point je retrouve en Jorge Guillen mes propres interrogations , mes tentatives de réponse , ma pensée profonde et jusqu’a mes propres mots ,

j’avais lu Guillen en espagnol et avait senti ce pressentiment lumineux d’une parenté, j’avais vu se recouper ses nombreuses traces , trajectoires , intuitions qui témoignent aussi de mon être profond , émerveillé de se sentir traversé par se sentier lumineux du silence à l’oeuvre au corps de l’oeuvre , silence qui dit la matière en ellipse , car pourquoi décrire la matière de ce qui est ( ) comme un roc qui ne se laisserait pas apercevoir même s’il hurle de présence au fil des jours à l’insu ,

la lecture m’avait donné cela qui s’était recoupé avec mes propres réflexions , s’était mélangé à d’autres lectures et visions ,
fabuleuse lanterne dans la nuit

prélude au corps environé de lumière qui se pressent et finallement, urgent dans sa pression à vivre trace le poid du vivant, érotique enflammement qui dévoile toujours plus de présence et zèbre de fissure que l’on croyait apercevoir,
sentir le désir la flamme du corps émerveillée

la langue étrangère dans son espace se révèle aux brumes ou l’être , l’homme, ce corps ombré se tient , la lumière des mots, inattendue éclaire,
l’évidence dans l’éclipse.

des mots chrétiens utilisés pour désigner un rapport à l’univers et non à Dieu, pas anti chrétiens mais sur un rapport différent , j’aime le commentaire  » nous ne sommes pas un être pour nous mais vers le réel  » et percevoir le monde n’est pas seulement sentir le monde mais être présent au monde ; que la lumière ne devrait pas être reçue comme une offrande mais qu’elle devait être partagée et d’abord reconnue

mais c’est la respiration de cette langue de peintre, de musicien, de magicien, de lumière qu’il faut laisser résonner, c’est comme cela qu’il faut le lire, dans le brut de la langue, ouverte, à la lumière des silences

Escultura de Eduardo Chillida al poeta de la Generación del 27, ...
Escultura de Eduardo Chillida al poeta de la Generación del 27, …

pour aller plus loin :

Don Quijote

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s